Adult Rencontre

Toutes Les Paroles De Grand Corps Malade

La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une rencontre climat paris grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ?

Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ? Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait !

Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait ! rencontres grand corps malade lyrics

Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait ! rencontres grand corps malade lyrics

Toutes Les Paroles De Grand Corps Malade Traduction Et Clip Video

Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ? Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait ! La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles

Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait ! La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles

Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ? La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles

Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ? La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles

Toutes Les Paroles De Grand Corps Malade

Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait ! Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ? Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait !

rencontres grand corps malade lyrics

La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ? La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles

La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait ! Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ?

Grand Corps Malade Lyrics Chants Chansons Slam

La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ? Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait !

Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait ! Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait !

Grand Corps Malade Lyrics Chants rencontres grand corps malade lyrics Chansons Slam

Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ? La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles

La détresse, elle a pas d"conversationsUn moment sur ma route j'ai rencontré l'amourJ'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujoursDans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nulTu pars en couilles une fois sur deux, faudrait qu'tu r'travailles ta formuleL'amour m'a dit, écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taffAlors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffesMoi j'veux bien être gentil mais faut qu'chacun y mette du sienLes humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicienOn s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compteQue l'amour était sympa mais que quand même il s'la racontePuis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaineQue ce soir il d'vait diner chez sa d'mi soeur : la haineAvant d'partir j'ai pas compris, il m'a conseillé d'y croire toujoursPuis s'est éloigné sans s'retourner, c'était les derniers mots d'amourJ'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réaliséEt je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiserUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresseCe qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresseUn peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgieLa fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougieAssez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitiéEt jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtésAvec elle j'me tape des barres et on connait pas la routineMaintenant c'est qûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copineJ'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieuxIl avait la voix déformé et un masque sur les yeuxPas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune pisteJe sais pas à quoi il r'semble, mais au moins j'sais qu'il existeJ'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joieC'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choixJ'suis pas au bout d'mes surprises, la d'sus y a aucun douteEt tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma routeC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoir des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieGrand Corps Malade - 66 texte(s)Télécharge les Sonneries de "grand corps malade" pour ton PortableIl A Fait Nuit Toute La JournéeIl a Fait Nuit Toute La Journéeje connaissais pas Paris le matinJe Connaissais Pas Paris Le MatinJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes 2 OreillesJe Dors Sur Mes Deux OreillesJe n'connais pas le titre exact, DésoLée mais bon elle est op Ma tete mon coeur et mes couillesMa tete mon coeur et mes couilles Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait ! Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ?

Grand Corps MaladeBioNewsAlbumsFilmsPhotosVidéosCommentairesConcertsDiversSportsFansÉcoutez l'extrait ! Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ? Rencontres - Grand Corps Malade1619Ce titre est extrait de l'album : Midi 20Année de sortie : 2018 | Label : AZParoles RencontresC'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des joursVoire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujoursUne route pleine de virages, de trajectoires qui dévientUn ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vieEvidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire conaissanceY avait un tas d'personnes, et personne marchait dans l'même sensAlors j'continuais tout droit mais un doute s'est installéJe savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais allerMais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontresDes trucs impressionnants, faut absolument qu'j'vous raconteCes personnages qu'j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humainsTu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la mainTout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocenceUn être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérienceOn a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cruJ'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparuUn moment sur mon ch'min j'ai rencontré le sportUn mec physique, un peu grande gueule, mais auprès d'qui tu d'viens fortPour des raisons techniques on a dû s'quitter c'était durMais finalament c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbaturesJ'ai rencontré la poèsie, elle avait un air bien prétentieuxElle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieuxJ'lui ai dit, j't'ai d'ja croisé et franchement tu vaux pas l'coupOn m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relouMais la poèsie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formesJ'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normesJ'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble, j'crois qu'j'suis accroElle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent tropPuis j'ai renconctré la détresse, et franchement elle m'a saouléOn a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'fouléElle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tensionMais vous savez quoi ?

sites de rencontres votre avis,association rencontre chateaubriant,scène de rencontre amoureuse le rouge et le noir,rencontre femme togolaise,rencontre algeroise,site de rencontre de femme russe gratuit
HomeStaing SafePrivacy PolicyTerms & ConditionsCopyright © 2018 Adult Rencontre